fbpx

Comment tester votre idée de startup ?

Nous avons tous déjà vécu le moment où l’on a une « idée de génie », on veut créer une startup et gagner des millions ! Et puis on se trouve des excuses, on se dit qu’au final cette idée ne vaut peut être pas la peine d’être développée, que c’est long et que ça prend beaucoup de temps, que ça ne sert à rien. Et hop, trois ans plus tard, vous entendez parler d’une startup qui a levé 200 millions d’euros avec votre idée ! Mais comment ont-ils fait ?
Dans cet article, vous allez apprendre à tester l’attraction de votre idée de produit ou service, très simplement, pour ne plus jamais passer à côté d’une opportunité !

Pourquoi tester votre idée ?

Le but de l'article est bien de vous expliquer comment tester votre idée et quels sont les outils pour le faire, mais il faut tout d'abord comprendre pourquoi il est important de tester votre idée avant de vous lancer tête baissée dans le développement de votre produit.

On a tendance à croire que pour lancer sa stratup, on a absolument besoin d'un produit à vendre, ou a minima d'un Minimum Viable Product (MVP). Mais il n'en est rien !

Le but principal de tester votre idée est de ne pas passer des mois et des mois en recherche et développement pour au final ne pas réussir à vendre votre produit. C'est donc tout simplement pour être sûr que vous n’êtes pas en train de faire un truc qui n’intéresse personne. Vous, vous êtes convaincu de ce que vous faites, mais ce n'est pas forcément le cas du segment de clientèle que vous visez. Il faut être sûr que les gens à qui vous voulez parler sont les bons.

Le fait de tester votre idée à l'aide d'un des outils que nous verrons par la suite va vous éviter de commettre 3 erreurs majeures.

1. Ne pas sortir de sa grotte

Quand vous créez un produit ou un service, c’est facile de l’imaginer, de trouver des choses qui ne vont pas, de le modifier, et de répéter ce cycle très longtemps. On se perd très facilement là dedans. Et c’est un énorme risque que de se perdre là dedans parce que vous cherchez à avoir un produit parfait, et le jour où vous lancez, il ne se passe rien du tout. Parce que le produit que vous lancez correspond à l’image que vous vous en faisiez, mais vous n'êtes peut être pas du tout représentatif de la population que vous visez. Vous ne répondez pas forcément aux attentes des clients que vous visez.

communiquer

2. Ne pas vendre dès le premier jour

La deuxièeme erreur, qui est directement liée à la première, est d’attendre que votre produit soit prêt pour le vendre. Cela paraît très contre intuitif, mais pourtant c’est comme ça que toutes les startups qui réussissent fonctionnent (ou ont fonctionné pendannt un bon bout de temps). Il ne faut surtout pas attendre que votre produit soit prêt pour commencer à aller voir des prospects et essayer de les convaincre d’acheter ce que vous êtes en train de faire. Cette démarche a plusieurs avantages :

  • déjà vous vous entraînez à vendre (et ce n'est jamais du temps de perdu),
  • vous ne perdez pas de temps, parce que si vos développeurs passent trois mois à coder et que pendant ce temps vous ne faites rien, c’est pas top,
  • et puis finalement en parlant à vos futurs utilisateurs vous allez vous rendre compte de ce dont ils ont VRAIMENT besoin. Vous allez surement vous rendre compte que ce que vous étiez en train de développer ne correspond pas à 100% à leurs attentes, et qu'il va donc falloir changer des choses.

Je vous vois venir : "Mais je ne peux pas vendre quelque chose que je n'ai pas encore fabriqué/développé ! C'est pas possible ! Et si je fais semblant et que quelqu'un s'en rend compte ?!". Ce n'est pas un vrai problème. Toutes les startups le font et ça a même un nom : bootstraper ! On improvise avec les moyens du bord. Tant que la qualité du produit ou du service correspond à ce que vous vendez en terme de marketing, vous n'aurez aucun problème, peu importe ce qu'il y a derrière (en restant un minimum éthique bien entendu).

fake-it-until-you-make-it

3. Ne pas parler aux bonnes personnes

La dernière erreur est de parler à votre entourage. Si les gens de votre entourage ne sont pas des potentiels clients, leur parler de votre projet pour avoir un "avis extérieur" est une des choses les plus contre productive que vous pouvez faire. Vous ne devez parlez qu'aux gens qui peuvent acheter votre produit.

Si vous êtes dans une école de commerce par exemple, et que vous développez un logiciel pour les maçons, vous ne devez absolument pas parler à vos camarades. Vous ne leur demandez pas si ce que vous faites est cool ou ce qu’ils en pensent. Vous allez voir des maçons et c'est à eux que vous devez parler. C'est auprès de ses personnes que vous devez recueillir un feedback utilisateur. Vos camarades vont sûrement vous dire que votre projet est top, que c’est cool, que ça plaira “Ah ouais ouais super ton idée, après moi personnellement je n'achèterai pas hein, mais je suis sûr que tu auras des clients”. Le “Personnellement je n'achèterai pas” est bien assez évocateur. Si vous n’êtes déjà pas la bonne personne pour juger (souvenez vous des deux erreurs précédentes) alors que c’est votre projet, vous pensez bien que quelqu'un qui n’y connait rien et qui n'est pas votre cible ne va pas vous apprendre grand chose.

Par "ne leur parlez pas", j'entend "ne prenez pas leur avis en compte pour apporter des modifications à votre produit/service". Bien sûr, on a tous besoin d'entendre à un moment que notre projet est super et qu'il a de l'avenir ! Mais il faut bien faire la différence entre un feedback d'un ami, et un feedback d'un utilisateur.

only-talk-to-customers

La Landing Page, ou comment tester son idée ?

Mais qu'est ce qu'une landing page ? Quelle est la différence avec un site web classique ?

Une landing page est une page web de conversion, qui cible un public particulier, qu’on utilise généralement durant des campagnes marketing. Donc contrairement au site web, on a un public ciblé, dont on connait les caractéristiques.

Quelle est l'utilité de cette page, et quelle est l'utilité d'avoir un public ciblé ?

C'est très simple : convertir ! Grâce à une campagne marketing physique ou en ligne (Google Adwords, Facebook Ads, Linkedin Ads, etc), vous controlez totalement le public qui va arriver sur votre landing page. Si vous avez un public ciblé que vous connaissez très bien, il est bien plus facile de convertir (convaincre d'effectuer une action précise) des prospetcs plutôt que sur un site web classique. Sur ce dernier, vous devez avoir un discours et des arguments généralistes étant donné que n'importe qui peut venir dessus.

Revenons sur le mot "convertir". En marketing, plusieurs choses se cachent derrière ce mot, et c’est vous qui allez déterminer sa signification en fonction de votre besoin. Par convertir, on peut entendre :

  • déclencher un achat,
  • effectuer une inscription,
  • donner un feedback,
  • lire un contenu en entier,
  • ou toute autre action quantifiable dont vous avez besoin.

Le but de votre landing page est que le prospect effectue l'action que vous avez définie avant qu'il ne quitte le site. Voilà sa seule et unique mission. Là où sur votre site le prospect a le choix entre plusieurs actions (s'inscrire à la newsletter, acheter un article, poster un avis, ...), votre landing page n'en comporte qu'une seule. Cette spécificité implique donc plusieurs règles de construction que je vais vous détailler.

Conversion-is-the-metric

Comment construire ma landing page ?

Votre landing page doit absolument être bien construite, car il faut partir du principe qu'un prospect qui part ne reviendra jamais. Le prospect doit comprendre immédiatement ce qu'il fait ici, et ce que vous attendez de lui. Mais pour ça, vous devez vous-même savoir ce que vous voulez :

  • acquérir de nouveaux utilisateurs,
  • tester une value proposition,
  • obtenir du feedback,
  • etc.

Vous devez choisir quelque chose que vous pouvez mesurer. Sans possibilité de mesurer vos performances, vous n'irez nul part. Pour vous inspirer, vous pouvez lire notre article "Les OKR, mesurer ce qui compte".

Il n’y a pas une seule et unique manière de construire une landing page, mais voici le modèle que nous utilisons généralement chez Delia :

  • Présentation de votre Value Proposition : vous exposez très succintement l'utilité de votre produit/service (gain de temps, gain d'argent, interface plus simple, plus rapide, etc). Elle doit être claire et visible en moins de 5s car vous devez montrer que vous avez compris les frustrations et motivations de vos utilisateurs.
  • Call To Action : un bouton bien visible ou un formulaire qui est là pour que le prospect effectue l'action que vous attendez de lui (bouton "Inscrivez-vous", "Ca m'intéresse", "Pré-commander", champs pour recueillir l'adresse mail, ...)
  • Listing des partenaires/utilisateurs : si possible, vous mettez en avant vos partenaires et utilisateurs actuels pour asseoir votre légitimité.
  • Listing des fonctionnalités : après avoir exposé votre proposition de valeur, vous exprimez plus en détails les fonctionnalités de votre service/produit
  • Témoignages de vos utilisateurs : vous mettez en confiance le prospect et vous appuyez encore le fait que votre produit fonctionne et qu'ils répond bien aux attentes des utilisateurs. Travaillez bien les témoignages en contactant directement vos clients et en leur posant plusieurs questions.
  • Un second Call To Action

Les outils

Maintenant que vous avez la structure de votre landing page, voici les différents outils gratuits que vous pouvez utiliser pour la construire :

  • Landen : moderne, création très rapide, mais limité en terme de designs disponibles
  • Instapage : pages au design plus classique, cration rapide, un peu moins limité que Landen
  • Strikingly : moins limité que les deux précédents, mais un peu plus long à mettre en place
  • Wordpress + Elementor/WPBackery : peu de limites mais bien plus compliqué d'utilisation
  • La développer vous-même : vous n'avez aucunes limites, mais vous devrez savoir coder 😉
Vous avez maintenant les notions et les outils les plus importants pour créer une bonne landing page. Mais votre landing page ne fera pas tout. Il va falloir travailler votre onboarding (la manière dont vous gérer l’inscription de vos clients, leur parcours utilisateurs, etc) et mettre en place vos analytics pour récolter les données de vos prospects et utilisateurs. On vous en parle dans un prochain article !

Vous avez un projet numérique ? Nous pouvons vous aider !

Related News